Lionel Ozanne, un champion simple et discret



Aujourd’hui je vous propose une rencontre avec Lionel Ozanne ( Champion de France 2013 de 24 heures avec 255,872 kms ) qui fait parti de la pré-sélectionné pour les Championnats du Monde de 24 heures qui se dérouleront en Avril prochain en Italie.

podium grenoble

Podium des Championnats de France de 24 heures 2013 à Grenoble

On vient d’annoncer les pré-sélectionnés pour le championnat du Monde de 24 heures qui se dérouleront en avril prochain en Italie. Tu fais parti de la liste. Cela t’a fait quoi ? Que représente pour toi cette pré-sélection ? Elle est plus importante que ton titre de champion de France et pourquoi ?
Depuis le premier rassemblement qui a eu lieu en octobre, on connaissait a peu près les pré- sélectionnés. Mais c’est vrai que ça fait un sacré truc de voir son nom sur la liste. C’est maintenant que le boulot commence. La pré sélection n’est pas une fin en soi mais j’espère le début d’une belle histoire et de belles rencontres. Si je devais comparer mon titre de 2013 et la pré sélection, je dirai que ce sont 2 choses différentes : d’un côté tu pars seul (avec ton staff quand même : ma fille ma femme et 2 amis) au combat pendant 24h, alors que le rassemblement je vais en prendre plein la vue et apprendre encore sur cette discipline. Au niveau des sensations, un titre reste un titre…

Tu es Ambassadeur de la marque New Balance. Cela a changé quoi pour toi ? Cela t’apporte quoi ?
Le fait d’avoir la chance d’être ambassadeur New Balance m’a permis de rencontrer des athlètes de très au niveau en trail comme Mikael Paséro, Frédéric Desplanches, Amandine Ferrato et surtout l’appui technique qu’il me manquait et le soutien au niveau équipement et nutrition. Cela fait aussi parti des motivations de l’entrainement pour d’essayer d’être toujours a bloc.

Comment fais tu pour concilier vie professionnel et les charges d’entraînements qu’imposent un coureur d’Ultra sur route ?
L’entrainement pour l’ultra sur route demande un bon équilibre familial et professionnel , ainsi ma femme et ma fille comprennent l’investissement sportif et les sacrifices durant la préparation, mais je n’hésite pas à couper si nécessaire pour les accompagner suivant leurs demandes. Le sport est autour de ma vie, pas dedans. Il faut relativiser, ça reste du sport. Ceci étant, je fais en sorte d’être le plus souvent possible chez moi lorsque ma fille et ma femme sont là (et oui notre fille fait également beaucoup d’équitation a un très bon niveau)

Quelle est ta semaine type d’entraînement ?
Quand je suis sur des grosses phases d’entrainement comme actuellement, j’ai 10 séances par semaine : 2 sorties à jeun le matin à 5h30 entre 13 et 18kms, 2 sortie longue (max : 2h15 et oui..), 3 footings de récupération entre 50′ et 1h40′, 2 séances d’allures (semi et marathon ou 10km), 1 séance de vma courte. Pour une charge de 200km environ sur la semaine en pointe de préparation, ce qui demande de bien se connaitre car sur 12 semaines faut pas se louper.

En fin d’année dernière, tu as participé à la reconnaissance avec le Team New Balance. Quel est ton meilleur et ton pire souvenir de ce week end ?
Je n’ai que de bons souvenirs de ce week end de reconnaissance. Avec Frédéric Desplanches  toujours a bloc du soir au matin et Mika Paséro en très grand professionnel et super costaud. Mais qu’est ce que j’ai souffert dans les bosses alors que ces deux là s’amusaient! Je n’en garde que de bons souvenirs et plein d’expérience.

Photo(1)

Lionel Ozanne et Frédéric Desplanches lors du Week end de reconnaissance des Templiers

On t a vue sur l’ Endurance Trail. Cela reste pour toi une bonne expérience et comment l’as tu véçu ? On te reverra sur des ultras en Trail ? Si oui tu changerais quoi à ta préparation ?
J’aime pas rester sur un échec alors deux la même année (sur blessure). Sur que l’on me reverra sur un ultra trail. Si bien sur Jack Peyrard et New Balance me font confiance. Sur l’endurance trail, j’ai manqué d’expérience, de connaissances de ce type de terrain et d’épreuves : un vrai débutant! Depuis, je commence à m’équiper (frontale de chez trailstore.fr très performante). Je suis beaucoup mieux dans les 980 de chez New Balance. Pour ce genre d’épreuve, il faut vraiment manger du dénivelés mais surtout apprendre à DESCENDRE!

Quel est ta plus belle victoire et pourquoi ?
Toutes les courses sont belles, grâce aux organisateurs et aux bénévoles, sans qui nous ne pourrions pas assouvir notre passion. Alors dégager une victoire je ne sais pas laquelle choisir, j’en dirais plutôt 3 :
1 =>ma 1ere grande victoire a été Belves sur 50km,
2 =>100km de Vendée en 2013 qui m’a donnée confiance en moi en réalisant un chrono me hissant parmi les meilleurs Français alors que je suis juste issu du peloton.
3 => Bien sur le titre sur 24h à Grenoble dans une ambiance de folie.
Mais chaque course est une victoire, terminer, revoir les copains, les sourires…J’ai autant de plaisir a courir sur les courses locales que sur de gros événements.

Quel est ton planning 2015 ?
Pour 2015, c’est déjà aller chercher la qualification pour les championnats du monde et d’Europe sur 24h.Puis il y aura une période avec du repos et quelques courses locales. Pour la fin d’année, je veux  aller chercher un chrono  (7h15 sur 100km ) surement à Amiens.

Quels conseils donnerait tu à un coureur qui voudrait se lancer sur un 100 kms ?
Un 1er 100km ça fait toujours peur, c’est un monde a part. Avant de le faire il faut le « sentir », ne pas y aller pour dire qu’on l’a fait le dimanche suivant. Mais il faut le faire parce que l’on en a vraiment envie! Le 1er des conseils c’est de s’entraîner, le 2eme de s’entraîner, le 3eme de s’entraîner! Il n’y a pas de secret. Et prendre les conseils des anciens qui connaissent bien ce type d’épreuve.

On voit de plus en plus de personnes se lancer sans avoir réellement le niveau. Tu en penses quoi ?
Avoir le niveau c’est pas très important, mais partir la fleur au fusil et risquer de se bousiller la santé est plus dangereux. On voit trop de coureurs débuter sur 100km en faisant des théories d’entrainement en prenant des séances par ici et par là sur des revues de course à pied. Le vrai danger est de se croire arrivé avant d’avoir prit le départ.

Photo_(1)

Lionel Ozanne

Ton titre de Championnat de France 2013 de 24 heures a t il changé quelques choses pour toi ?
Concrètement un titre c’est un pur bonheur. Je l’ai partagé en famille et avec les amis proches. J’essaie de garder cette distance entre ma vie et mon sport. Le 24 heures est un sport trop peu reconnu, heureusement que New Balance  via Jack Peyrard me soutiennent sinon c’est zéro niveau sponsoring. Dans mon entourage on m’en parle encore mais pour moi, le titre est passé. Place à demain et au prochaine course. Mais personnellement, je ne veux pas changer, d’où ma distance avec les titres (également vice champion de France V1 100km en 2012)

Peux tu nous faire un bilan de ton année 2014. Tes résultats ont ils été conforme à tes espérances ?
2014 a été une année assez mitigée malgré 4 ou 5 belles victoire dont les 50km de lalinde, les 20km de rives, 60km de l’astérius et de belles places d’honneur ( 2eme sur un semi à Agen, 3eme sur un 20km route en 1h12. Mais aussi deux  gros échecs a belves sur le 100km et à l’ultra endurance Trail à Millau. Ce qui m’a d’ailleurs permis de me remettre totalement en question et de repartir au charbon!

Tu es aussi entraîneur. Tu en pense quoi des méthode d’entraînement ? Tu es plutôt qualité ou quantité ? Penses tu qu’à l’entraînement il faut se faire mal pour réussir sa course et son objectif ? si oui quel est ta séance qui t’a le plus marqué ?
Personnellement, lorsque l’on vient me voir, je demande a l’athlète ses objectifs. J’essaie de lui faire comprendre de ne pas trop en avoir. Je privilégie plutôt la qualité à la quantité (souvent des personnes qui travaillent, ont des enfants, donc moins de temps pour se préparer!) en incluant systématiquement des séances de vma, d’allures. Je suis un pur adepte d’un entrainement difficile. Si c’est dur de t’entraîner alors plus facile sera ta course. De plus  les séances difficiles renforcent le mental et c ‘est très utile lorsque la course devient dure. Dernièrement, j’avais une séance de fartlek que j’ai effectuée sur un circuit herbeux et castine avec montées et descentes d’1,5 kms. Le total de la séance a été de 23km, mais en tenant une allure semi! (au passage je remercie pat’ qui m’entraine)

Le plus important le titre de championnat de france ou cette sélection ?
Les 2 sont liés.



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :