Maratrail du Challenge Val de Drôme 2016

maratrail-du-challenge-val-de-drome

Le Challenge Val Drôme est devenu un rendez-vous important pour moi. J’ai toujours le plaisir de revoir des personnes que j’apprécie. J’avais participé au semi-marathon nature en 2013 puis au trail du boût de Drôme en 2015. Comme je n’aime pas faire deux fois la même course. Cette année, j’avais décidé  de participer au maratrail. J’avais réussi à convaincre deux amis ( Boris et Roberto ) de venir participer avec moi. Je devrais le courir avec Roberto avec qui je fais de temps en temps des sorties longues en région parisienne. Malheureusement, il s’est blessé une semaine avant la course. Il ne sera donc pas de la partie mais notre projet de courir un trail à deux est remis pour 2016 car nous serons sur le 67 kms.

13165929_10208116272338601_1677532990430920858_n

Nous sommes partis le samedi matin tôt de la région parisienne. Le voyage s’est bien passé. Dès notre arrivée, nous irons récupérer nos dossards. Nous profiterons de l’après midi pour assister aux arrivées des différentes épreuves du samedi et au spectacle du samedi soir. Nous irons nous coucher tôt afin d’être en forme pour la longue ballade du dimanche. Je me réveille le dimanche avec un mal de tête. Il manquait plus que çà. Je prends un médicament pour essayer de le soulager. Au moment du départ, il n’a pas totalement disparu mais je décide de prendre le départ. Il est passé totalement au bout d’une trentaine de minutes de course.

Comme à mon habitude, je n’irais pas m’échauffer. Quand on vise un podium en carton c’est à dire un TOP 3 en partant de la fin. On part à froid. Pour la piste histoire, les podiums sont vraiment en cartons. La personne qui les fabrique fait pleins de choses en carton. Vous pouvez en avoir un aperçu sur son site http://www.ptichozencarton.com/

J’ai effectué le premier kilomètre en compagnie de Boris. Dès la première coté, je l’ai laissé partir en espérant le rejoindre un peu plus loin. Jusqu’au ravitaillement de Vaunaneys, j’ai couru prudemment et j’ai plutôt profiter de courir dans un environnement pareil en faisant plaisir dans les quelques descentes qu’on trouve sur cette partie du parcours. Sur cette partie, j’ai un peu souffert de la chaleur. Après ce ravitaillement, vous attaquerez la première longue montée à « la croix de Besot » du parcours. J’ai pu trottiné sur de nombreuses portions mais je me demande si j’aurais pas été plus vite en faisant que marcher. En haut de cette difficulté, vous trouverez un ravitaillement.

13124908_10208116271458579_2435350921398072242_n
En arrivant, je retrouve Boris qui m’annonce être fatigué et qu’il repart. Je traîne pas trop puis je repars pour le descente la plus technique du parcours avec la présence de cailloux où je prends du plaisir à me laisser aller sans aucune panique par rapport à l’année dernière dans ce type de descente. Je le rattrape un peu avant d’arriver sur la route à Cobonne. Je décide qu’on finira ensemble. J’essaie de le motiver comme je le peux. Il nous reste plus qu’à remonter à la croix de Besot. Sans m’en rendre compte je prends de l’avance dans la montée. Une montée avec quelques moments de plat si bien qu’on a l’impression qu’on est arrivé en haut mais non ca remonte encore. Je l’attendrais au ravitaillement quelques minutes. Nous repartons après une petite pause en footing très léger. Je ferais plus attention à ne pas aller trop vite sur la fin de course. Nous marcherons beaucoup sur la fin du parcours. Nous rallierons la ligne d’arrivée ensemble. C’était bien ça le principal.

Je conseille ce maratrail à toutes les personnes qui désirent se lancer sur un format maratrail. Il est vraiment accessible au plus grand nombre. Il n’y a pas trop de partie technique. La partie jusqu’au ravitaillement de Vaunaneys est relativement roulant avec quelques petites bosses. Sur cette partie, il n’y aucun passage technique. Après ce ravitaillement, on rentre dans la partie la plus difficile mais aussi la plus jolie du parcours avec notamment le passage dans la Tour de Crest, un passage sur des crêtes, les deux montées à la croix de Besot, le passage dans Cobonne. Sur l’ensemble du parcours, vous trouverez de nombreux ravitaillement qui vous permettent de partir assez léger.

13151806_10208116273898640_9133301002582532899_n

Remerciements
=> Jack Peyrard pour l’hébergement et le dossard,
=> A la centaine de bénévoles qui ont oeuvrés durant ce week end,
=> A ma chérie et à mon titi de m’avoir laisser partir quelques jours,
=> A ma maman d’avoir garder le chien,
=> A roberto pour son soutien d’avant et d’après course.

Crédit Photo : Boris

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :